Russie / Chawanga & Strelna
En savoir plus

Présentation du voyage

La pêche du saumon Atlantique fait parfois perdre la raison. :A croire que la passion pour ce sacro saint Salmo Salar est sans limite… de prix. Il est vrai que les destinations pour pêcher le saumon, avec de réelles chances de succès, se comptent aujourd’hui sur les doigts d’une main. Pourtant il arrive, fort heureusement, qu’au gré d’une prospection, on découvre un trésor oublié. Son nom : la Chawanga qui loin de tout, n’en offre pas moins, pour un budget accessible, une pêche de premier plan pour qui veut se mesurer au poisson roi.

C’est au sud de la Péninsule de Kola, dans une vallée verdoyante, que s’écoule majestueusement :la Chawanga avant de rejoindre la mer Blanche. Limitée à 6 cannes, cette rivière préservée offre un parcours très varié sur plus de 37 km de long. Son profil, large de 20 à 45 mètres, alterne les lisses, les rapides et les radiers. Le début de saison (juin ) est caractérisée par la montaison des grilles (6 à 10 livres en moyenne) et la fin de saison (octobre) est marquée par l’arrivée des grands géniteurs, accusant jusqu'à 16 livres voire plus. Une bonne semaine sur la Chawanga peut être couronnée par la capture de 20 saumons par canne.

La remise à l’eau est ici une règle à observer. Une belle population de truites fario et d’ombres communs se rencontrent sur les parcours amonts et procurent des vrais moments de plaisirs. Plus aval, vers l’estuaire, des « Garbouchas », entendez par là des petits saumons pacifiques qui accusent entre 3 à 8 livres, ont été introduits à une époque où il fallait nourrir les habitants du Kolkhoze voisin, réduit aujourd’hui à un village typique habité par une centaine d’âmes.

Vous rêvez d’une destination saumon hors des sentiers battus, offrant une très bonne qualité avec un très bon rapport qualité prix. Ne cherchez plus, vous l’avez trouvée.

Descriptif de la zone de pêche

Sur un vaste territoire, nous vous découvrirez la Chawanga qui, loin de tout, offre un parcours de 37 km environ, de son estuaire jusqu’au lac supérieur d’où elle s’écoule en traversant une magnifique vallée sauvage. Grâce à un système de véhicule tout terrain équipé de chenillettes, il est possible de pêcher tout le cours de la rivière, majoritairement sur les 2 berges. La nature arbore des forêts majestueuses et des paysages de Toundra, principalement composée de végétation arbustive et de tourbières.

:De par sa beauté mystérieuse caractérisée par ses eaux à dominante rougeâtres et la richesse de son profil, la Chawanga est très attachante. Ses pools marqués sont faciles à lire. Ils offrent une large palette de configuration : des lisses qui s’élargissent sur plus de 60 mètres, des radiers entrecoupés de gros blocs rocheux sur sa partie aval, des cascades et des gorges plus en amont. Grâce à un système de véhicule chenillette, il est possible de pêcher tout le cours de la rivière, de son estuaire jusqu’aux chutes supérieures, sa limite amont. Le nombre de pools, très important, plus d’une cinquantaine répertoriés, permet de pêcher avec une grand liberté d’action.

Méthode de pêche

La pêche en mouche noyée avec une canne à une ou deux mains est reine. Pêche 3/4 aval, la Chavanga est un rivière qui se pêche facilement en wading. La technique du « riffling hitch » est particulièrement efficace notamment par eaux basses. Les premiers pools sont très proches du village et facilement accessibles à pied selon vos envies. Votre atout, notre guide, Vasyl Bykauv et es deux fils, qui connaissent la rivière comme leur poche après 15 années

Hébergement

Vous serez accueillis dans une Datcha traditionnelle, au confort simple, entièrement rénovée en 2016. Après la pêche, direction le sauna extérieur construit en bois naturel. Vous vivrez à l’heure d’un village typique habité par quelques centaines d’âmes. Une cuisinière du village prépare tous vos repas et paniers pique-nique. Le matin les chevaux en liberté viendront vous accueillir à la porte de la maison.

:

Poissons recherchés

Le saumon Atlantique remonte régulièrement dans la rivière en densité parfois importante. Les pics de montaison se rencontrent en début de saison (juin et début juillet notamment) et en fin de saison (jusqu’à mi-octobre). Mais la pêche du saumon n’étant pas une science exacte, et selon les niveaux d’eau, la période de mi-juillet à mi-août peut aussi être très intéressante.

La truite fario indigène est présente sur les parcours amonts jusqu'à la jonction avec le lac supérieur avec de beaux spécimens dont la taille avoine couramment les 40 à 50 cm. Les ombres sont aussi bien représentés sur certains secteurs composés de gravières. La truite de mer se rencontre aussi à partir de juillet et offre une pêche intéressante avec des spécimens de 60 cm en moyenne.