Colombie / Peacock Bass & Payaras
En savoir plus

Présentation du voyage

La Colombie fait parler d’elle depuis quelques temps, non plus à travers cette période sombre ou les cartels et les forces armées révolutionnaires faisaient leur loi, mais pour une toute autre actualité, beaucoup plus pacifique : une « guerilla halieutique » ou les fameux « Peacok Bass », qui comptent parmi les plus grands préda-teurs d'Amérique du Sud, tiennent le premier rôle.

:

Les temps ont changé, la Colombie est un des pays les plussécurisés d’Amérique Latine, un pays où il fait aujourd’hui bon vivre, voyager à la découverte de ses beautésnaturelles, la gentillesse et l’art de vivre de ses habitants en prime!Plantons le décors de ce nouvel Eden halieutique. La zone qui nous intéresse est une vaste plaine vertetraversée par de grand fleuves au fort débit et bordés de plages dorées. Cette zone comprend 548.000 hectaresde savanes, de forêts luxuriantes entourées par de vastes reliefs aux formes arrondies l’une des régions les plussingulières et les plus belles des Llanos orientales colombiens, située près de la frontière avec le Venezuela,déclarée Réserve Mondiale de la Biosphère par l’UNESCO en 1982. Pas moins de 320 espèces d’oiseaux,tapir, pumas, anacondas, tigres papillons, loutres, dauphins, jaguars, chiens d’eau et cervidés peuplent ce vasteterritoire authentique où vivent encore les d’indigènes Sikuani, semi-nomades et les indiens Puinave.Prêts pour bivre ne expédition hors-norme?

Descriptif de la zone de pêche

:SC’est une véritable expédition, entièrement sécurisée, que nous vous proposons de vivre, à la recherchedes grands Peacocks Bass (Cichal Temensis) qui hantent les eaux du rio Tuparro, un des nombreux affluentsde l’Orinoco. Cette rivière « inaccessible » traverse un territoire indien (de plus de 1400 ha) où seule notreorganisation éprouvée, tant par sa logistique que par son expertise, est en droit d’établir un camp de base,parfaitement équipé pour votre confort, à partir duquel la pêche sportive du Peacok Bass prend toute sa mesureque vous recherchiez en priorité le nombre de captures ou un trophée de 20 livres, à la mouche ou aux leurres.Nous disposons aussi de deux autres organisations sur le bassin de l’Orénoque, sur la Guaviare River et sur le fameux Caño Bocón avec camps de base et une logistique à toute épreuve.

Méthode de pêche

La pêche se pratique à partir de bateaux en aluminium motorisés et pilotés par un guide pour deux pêcheurs. Leur dimension et leur stabilité permettent de pêcher à deux, simultanément, sans risque de se gêner. :Que vous pratiquiez à la mouche ou aux leurres, ce sont les niveaux d’eau qui déterminent le type de pêche à mettre en oeuvre. Les techniques de surface (poppers, sliders, etc) sont d’autant plus efficientes que spectaculaires et offrent leur lot d’adrénaline. Selon la typologie des lagunes, on s’applique à pêcher des postes marqués, en bor-dures, composés de végétations et de bois morts. La pêche en pleine eau donne aussi de très bons résultats et les gros spécimens sont très souvent capturés ainsi. La pêche avec de grands streamers est aussi très efficace, à différentes profondeurs.

Hébergement

Outre l’accès, en exclusivité, sur les meilleurs secteurs situés en territoire indien, la réputation de notre partenaire repose sur son sens exemplaire de l’organisation et sa capacité à faire preuve d’une logistique permettant d’installer et de déplacer un camp de base au fil de la saison et des niveaux d’eau. Le camp est composé de tout le confort que l’on peut espérer pour ce type de d’expéditions : grandes tentes équipées de lits et dans lesquelles on peut tenir debout, système de toilettes et de douches. Un personnel attentif veille à son entretien tout comme à l’organisation des repas. Après chaque saison, le camp est entièrement démonté et il est fait place nette dans le plus grand respect des populations autochtones et de la nature.:

:

Poissons recherchés

C’est le grand Peacock Bass (Cichla Temensis) qui est en priorité recherché ici. La densité est forte, avec despécimens entre 4 et 8 kg. Bien entendu des poissons plus gros hantent ses eaux et on vient se mesurer ici desPeacock Bass qui atteignent la barre fatidique des 10 kg.:A noter aussi, sur certains secteurs caractérisés par des chutes d’eau et des zones de courants, la présence degrandes Payaras et de bicuda sur les rapides de la tomo river, sans oublier les fameuses « Giant Sardinatas ». Bien entendu la grande diversité des secteurs de pêche et les multiples affluents permettent de se confronter à de nombreuses autres espèces qui peuvent faire figure de trophées : Pacu, Piraiba, etc.

: