Bélize / la perle des caraïbes
En savoir plus

Présentation du voyage

Small is beautiful est une expression qui sied au Belize. 386 km de côtes, une superficie de 23 000 km2 et 300 000 habitants : il faut d’ailleurs se pencher sur une carte, avec une loupe, pour en définir la localisation exacte.

Petit pays d’Amérique centrale, situé au sud du Mexique, à l’est du Guatemala et au nord-ouest du golfe du Honduras, le Belize porte aujourd’hui :le nom de son fleuve éponyme. Au xviie siècle, ce territoire appartenait aux « 13 paradis des frères de la côte », implantations rassemblant pirates, corsaires et boucaniers…

Mais c’est aujourd’hui un tout autre paradis que le Belize incarne. Sa barrière de corail, véritable trésor de la nature blotti au cœur de la mer des caraïbes, est la seconde au monde en termes d’importance après celle de l’Australie. Son paysage maritime, bordé par une côte montagneuse nimbée d’une brume mystérieuse, emprunte encore les contours d’une carte de flibustier retrouvée au fond d’un vieux coffre : îlots et cayos aux nuances or et émeraude, flats infinis de sable blanc mêlés d’herbes à tortue et baies aux reflets turquoise… A quelques encablures du village de Dangrida s’étend un royaume tenu longtemps secret, celui du seigneur des flats, le mythique permit.

Descriptif de la zone de pêche

Située à environ 30 kilomètres au sud-est de Dangrida, petit village de pêcheurs assoupi, la zone de pêche, constituée de flats de sable blanc mêlé par endroits d’herbes à tortue et de nombreuses « patates » de corail, s’étend sur environ 200 km2. Baies, chenaux et mangroves s’articulent autour de nombreux cayos qui arborent une végétation plus ou moins luxuriante, refuge de très nombreuses espèces d’oiseaux.

Méthode de pêche

:La pêche à la mouche est très prisée par les aficionados des flats à la recherche bien sûr de la sacro-sainte trilogie permit-tarpon-bonefish. Pour le permit, le bauer crab, du nom de son créateur Will Bauer est incontournable. Les gummy minnows, imitations de poisson fourrage en taille 2 et 2/0 sont indispensables pour les tarpons qui peuvent se montrer particulièrement sélectifs. Le snook réagit très bien à différents modèles de poppers. Quant au bonefish, crazy Charlie, puff sont des valeurs sûres.

Le lancer léger, notamment pour le snook ou le barracuda à l’aide de poissons nageurs et de leurres de surface, permet de vivre de belles expériences sportives. Le lancer mi-lourd est à réserver aux tarpons bien sûr mais aussi aux carangues, Spanish mackerels et thonidés.

Hébergement

Pour les aficionados qui veulent vivre un séjour 100 % permits, tarpons et bonefish, nous avons sélectionné un lodge rustique mais mythique en plein cœur de la zone de pêche, sur une petite île isolée. Il est tenu par le très grand spécialiste de la pêche du permit : Lincoln Wetsby.

Pour ceux qui souhaitent allier qualité de pêche et confort du séjour, un très bel hôtel les attend non loin du petit village de Placencia : chambres spacieuses et climatisées, cuisine agréable tournée ver les produits de la mer, piscine, plage privatisée, plongée sous marine.

Bateaux et équipements

Type flat boats avec motorisation thermique et électrique.

:

Poissons recherchés

Sur les flats, il n’est pas rare d’apercevoir jusqu’à 50 permits par jour et d’en attaquer, dans de bonnes conditions, une vingtaine. La pêche du tarpon et, en moindre mesure, du bonefish vient élargir la palette des possibilités. Dans la mangrove ou sur la barrière de corail, snook, barracuda, carangue, spanish mackerel, thon, wahoo, dorade coryphène résident en densité importante.

: